Deux règles précieuses pour bien nourrir votre chat

Même si l’adoption des chats devient de plus en plus fréquente, nombreux sont des propriétaires qui peinent toujours à leur procurer un bon régime alimentaire. Un fait qui peut s’avérer dangereux, car un chat mal nourri peut à n’importe quel moment tomber malade ce qui va nécessiter des frais de vétérinaire colossaux. Pour éviter de tomber sur ces genres de situation, il est nécessaire d’adopter une bonne qualité nutritionnelle qui pourra permettre à votre animal de vivre trop longtemps. Avec deux règles d’or, vous allez mettre votre chat dans de meilleures conditions tout en lui permettant de s’alimenter correctement.

Éviter certaines nourritures humaines

Nombreuses sont des personnes qui pensent qu’ils peuvent nourrir leurs chats comme ils s’alimentent. Ce qui est un comportement dangereux, car les nourritures humaines peuvent devenir un poison pour l’animal. En effet, l’homme est un omnivore, tandis que le chat est un carnivore ce qui fait que certains aliments, trop riches en glucides, peuvent constituer un mauvais dosage qui ne sera pas compatible avec l’organisme de l’animal. Il faut aussi savoir qu’il y a une substance azotée appelée taurine que l’on ne retrouve pas chez le chat. Elle a pour fonction de s’associer avec les acides biliaires pour participer à la digestion et à l’absorption intestinale des lipides. Donc si vous donnez à votre chat certains aliments humains, cela peut aboutir à des inconvénients sanitaires comme le dysfonctionnement de la rétine et des problèmes cardiaques.

En définitive, il faut éviter de nourrir votre chat avec certains aliments tels que le chocolat, le blanc d’œuf, la pomme de terre, l’échalote, l’avocat et d’autres nourritures toxiques.

Arrêter de varier le régime alimentaire

La présence de papilles gustatives chez le chat est moins importante que la quantité retrouvée chez l’homme. De ce fait, son sens par rapport au goût n’est aussi conséquent en comparaison avec celui d’un être humain qui peut facilement détecter la saveur d’un aliment. Par contre, son odorat est beaucoup développé, car ses cellules olfactives atteignent plus de 60 millions. C’est pour cette raison qu’il n’est pas recommandé de varier son alimentation, car cela peut conduire à des problèmes de santé.

À cause de la fragilité de son estomac, il est conseillé de lui procurer des aliments qui sont compatibles avec son goût, son âge et son état de santé. Une autre attitude que celle-ci pourra provoquer des problèmes de digestion comme la diarrhée, la constipation et d’autres maladies qui nécessiteront l’intervention d’un vétérinaire. Si par ailleurs la variation de son régime alimentaire devient une chose obligatoire, il faut dans ce cas le faire progressivement. Vous pourrez mélanger la nouvelle nourriture avec l’ancienne tout en diminuant petit à petit le pourcentage de cette dernière.